Emmanuel Macron, venu commémorer le 175e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, a été accueilli par des manifestants au Château de Joux.

Commémoration perturbée

Emmanuel Macron s’est rendu aujourd’hui au Château de Joux dans le Doubs pour commémorer le 175e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. La visite du président pourrait être perturbée par des manifestants, opposés à la réforme des retraites, qui ont appelé à un “concert de casseroles” à Pontarlier.

Retrait de l’arrêté interdisant de manifester

L’arrêté préfectoral interdisant de manifester à La Cluse-et-Mijoux, où se rend le président, a été retiré après avoir été attaqué en référé par la Ligue des droits de l’Homme, le Syndicat de la magistrature et l’Union départementale de Forces Ouvrières. Les manifestants pourraient donc se rapprocher du Château de Joux.

Cérémonie en l’honneur de Toussaint Louverture

Le président de la République est venu rendre hommage à Toussaint Louverture, figure emblématique de la lutte contre l’esclavagisme à Haïti. Louverture avait été emprisonné jusqu’à son décès dans cette ancienne prison d’État.

Emmanuel Macron devrait arriver à La Cluse-et-Mijoux, petite commune au pied du Château, en fin de matinée et en hélicoptère.

Le Château de Joux, un lieu chargé d’histoire

Difficile d’accès, le Château de Joux est juché sur un éperon rocheux et a longtemps été une prison d’État. L’édifice, consolidé par l’ingénieur militaire Vauban, ne laissait guère de possibilité aux prisonniers de s’échapper, avec ses falaises hautes d’une centaine de mètres.

Un rassemblement sous haute surveillance

Les forces de l’ordre étaient mobilisées pour encadrer le rassemblement des manifestants, qui s’étaient donné rendez-vous au rond-point Malraux à Pontarlier, à 3,5 km du lieu où le président pourrait atterrir en hélicoptère et à peu près autant du Château de Joux.

Des manifestants déterminés

Malgré les difficultés d’accès au Château de Joux, les manifestants étaient déterminés à se faire entendre et à exprimer leur mécontentement face à la réforme des retraites. Le “concert de casseroles” organisé par la CGT du Doubs a rassemblé un grand nombre de participants.

Précautions et changement de programme

Face aux manifestations prévues, les services de la Préfecture ont expliqué avoir retiré l’arrêté interdisant de manifester en raison d’un changement de programme dans le déroulé de la cérémonie en hommage à Toussaint Louverture. Aucune séquence avec Emmanuel Macron n’était prévue en extérieur sur la terrasse du Fort de Joux, l’événement se déroulant finalement à l’intérieur.

L’impact des manifestations sur la visite présidentielle

Malgré les perturbations, le président a poursuivi la cérémonie en l’honneur de Toussaint Louverture et a prononcé un discours évoquant l’importance de la lutte contre l’esclavagisme et la nécessité de se souvenir de cette période sombre de l’histoire. Les manifestants, quant à eux, ont continué à exprimer leur mécontentement à distance, en espérant que leur message soit entendu.