Alors que le nombre de cas positifs de Covid-19 augmente en Auvergne, les experts surveillent de près la situation, notamment la présence potentielle du nouveau variant “Pirola”.

 

Hausse des cas en Auvergne : une situation à surveiller de près

“On constate une hausse des cas positifs de Covid en Auvergne, début septembre. En ce moment, on est à quasiment à 40% de tests positifs par jour”, expose le docteur Thomas Duret, directeur des laboratoires Innovi-GenBio à Clermont-Ferrand. Cependant, cette recrudescence n’a pas entraîné une hausse significative des hospitalisations d’après le professeur Ousmane Traoré, docteur en biologie médicale au CHU de Clermont-Ferrand.

 

Zoom sur le variant “Pirola”

Le variant BA 2.86, également appelé “Pirola”, fait l’objet d’une attention particulière en Auvergne. “On a eu une information de Santé Publique France concernant la détection du premier cas en France du BA 2.86 par séquençage dans le Grand-Est. Mais, on n’a pas de consigne particulière pour le détecter”, précise le docteur Duret.

En effet, l’analyse des variants est désormais réalisée par des centres nationaux de référence et non plus par chaque laboratoire.

 

Pirola : un variant sous surveillance

Toutefois, le variant “Pirola” suscite l’intérêt des spécialistes du fait de ses nombreuses mutations. Selon le Dr Duret, “il faudra quand même être vigilant pour les personnes vulnérables qui pourraient se recontaminer avec ce variant. On ignore si les vaccins sont sensibles à cette souche”.

Malgré l’augmentation des cas positifs, le professeur Traoré ne pense pas qu’une flambée de contaminations liée à un nouveau sous-variant soit probable. Selon lui, cette hausse découlerait plutôt de l’été et du brassage des populations.

 

La protection contre le variant “Pirola”

Santé Publique France continue de recommander les mêmes mesures de prévention, y compris face au variant “Pirola”. Ces mesures, notamment le port du masque lors de rassemblements et l’évitement des contacts en cas de symptômes, sont particulièrement préconisées pour les personnes âgées ou immunodéprimées.

 

La situation reste donc en observation, tant au niveau local qu’au niveau national, afin de mieux cerner l’évolution de la pandémie et l’impact potentiel du variant “Pirola”.